dimanche 18 février 2018

Eric Puisais : Dom Deschamps. L'autre face des Lumières

L'Harmattan - Février 2018


Ce livre cherche d'abord à saisir la pensée de Dom Deschamps dans son contexte historique et dans ses rapports, parfois complexes, à ses contemporains les plus illustres (Diderot, Voltaire, Rousseau, etc.) puis à présenter quelques-uns des éléments clés du système lui-même avant de questionner le destin de l'oeuvre. Dom Deschamps nous invite à un voyage inédit dans la pensée des Lumières françaises. Il nous permet d'orienter notre regard sur cette face cachée et de découvrir une métaphysique matérialiste inédite dans l'histoire de la philosophie.

Eric Puisais est docteur en philosophie et diplômé en sciences politiques. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur Hegel et sa réception en France et a publié de nombreux articles sur la pensée de Dom Deschamps et la pensée des Lumières.

acheter ce livre

Laura Mulvey : Au-delà du plaisir visuel. Féminisme, énigmes, cinéphilie

Mimesis - Novembre 2017


En 1975, Laura Mulvey publie Plaisir visuel et cinéma narratif, texte polémique qui met en lumière la manière dont la forme filmique serait structurée par l’inconscient de la société patriarcale. C’est l’essai fondateur des études féministes sur le cinéma. Rédigés entre 1975 et 2011, les textes choisis dans ce volume sont marqués par la redécouverte féministe de la psychanalyse et les transformations induites par le développement des technologies numériques. Qu’elle s’attache à des genres ou à des auteurs incontournables (le western, le mélodrame, Ophüls, Hitchcock, Godard), qu’elle incarne l’avènement d’un « spectateur pensif », qu’elle analyse les paradoxes de l’esthétique hollywoodienne ou la compilation de films de propagande coloniale, Laura Mulvey fait preuve d’une cinéphilie active et engagée.

Laura Mulvey est professeure à l’Université Birkbeck à Londres. Elle est l’auteure de Visual and Other Pleasures(1989), Citizen Kane (1992), Fetishism and Curiosity (1996) et Death 24xa Second. Stillness and the Moving Image (2006). Elle a réalisé six films avec Peter Wollen, parmi lesquels Riddles of the Sphinx (1977) et Frida Kahlo and Tina Modotti (1984). Avec l’artiste et cinéaste Mark Lewis, elle a tourné Disgraced Monuments (1994) et 23 August 2008 (2013).

acheter ce livre

Patrick Nerhot : Liberté immanente et déterminisme du Temps

Mimesis - Février 2018


Il est certes banal de proclamer que l'humain ouvre à, témoigne de, constructions philosophiques nouvelles, à savoir cette construction qui englobe, on l'oublie souvent, l'organique et l'inorganique sous le terme de "vivant" et qui, surtout, implique une réflexion anti religieuse et non pas, comme on aime à le répéter, une pensée qui ignore le religieux, qui implique donc la construction du "vivant" comme une grande antithèse du Christianisme.

Patrick Nerhot, professeur de philosophie du droit à l'Université de Turin, a écrit de nombreux ouvrages dont, en langue française : La métaphore du passage, L'Harmattan, 2008 ; La question de la technique, L'Harmattan, 2012 ; La coutume le droit muet, Giappichelli, 2012 ; La métaphysique de la présence de l'absence, Mimésis, 2014.

acheter ce livre

samedi 17 février 2018

Revue philosophique de la France et de l'étranger 2018/1 (Tome 143) : La complexité en mosaïque

PUF - Février 2018



Georges Chapouthier
Les racines de la complexité en mosaïque

Stéphane Robert
L’architecture fonctionnelle du langage et le modèle de la complexité en mosaïque

Vanessa Nurock
La morale en mosaïque

Jean-Hugues Barthélémy
De l’ontologie au droit : quels fondements ?

Jean-Claude Dupont
Mosaïque et intégration : éléments historiques et épistémologiques

Denis Forest
La complexité en mosaïque à l’épreuve du scepticisme

Georges Chapouthier
Réponses : approches philosophiques de la complexité en mosaïque

Notes et documents
Un professeur de philosophie débutant sous le second Empire

Analyses et comptes rendus


acheter ce livre

Vincent Legeay (dir.) : L'essence plastique. Aptitudes et accommodement chez Spinoza

Editions de la Sorbonne - Février 2018 - Collection : Philosophie


L'ouvrage, qu'on situera volontiers dans le sillage et l’exploration de l’assertion forte, programmatique, qui ouvre la « petite physique », au scolie de la proposition 13 de la seconde partie de l'Éthique, se propose d’explorer les rapports entre aptitudes, changements, et accommodements, afin de découvrir si, de façon larvée ou explicite, la conception spinoziste de l’essence n’aurait pas à (nous) offrir des ressources de plasticité. Celles-ci, pour peu qu’on y porte son attention, pourraient être proportionnelles au nombre des contextes affectifs que la nature exerce sur les individus qui la peuplent, et donc, selon le chapitre 6 de l’appendice de la quatrième partie de l’Éthique, « quasiment infinies ». Tentons alors, à l’aide des textes du philosophe néerlandais, de mesurer l’étendue de ces
ressorts.

acheter ce livre

Stéphanie Nassif : Le Silence des cultures. L'identité évolutive face au choc des civilisations

Hermann - Février 2018


Le XXIe siècle marquera-t-il l’avènement du silence des cultures ? Sommes-nous condamnés à un choc civilisationnel inévitable ? Face à cet engrenage de violence aveugle et d’incompréhension entraînant un réflexe inné de repli identitaire, l’auteur soumet un regard croisé sur le rapport à l’Autre, inspiré de son expérience de la double-culture entre Occident et Orient. A travers un voyage initiatique à la découverte de l’Autre, elle propose une réflexion sur l’écartèlement des cultures et sur la notion d’identité évolutive. Sur la route du partage, elle s’efforce également d’identifier les causes du malheur de l’homme arabe et propose une tentative de réconciliation. Alliant conte initiatique et réflexion sur le passé, le présent et le futur, cet ouvrage livre une lumière d’espoir, celle de notre humanité, sur laquelle nous devons tous veiller pour la transmettre à nos enfants.

Écrivain franco-libanaise née en 1974 à Rennes, Stéphanie NASSIF se trouve à la croisée de deux mondes, l'Orient et l'Occident. Avec respect et compréhension, elle s’est appliquée à extraire la richesse essentielle de cette diversité. Elle retranscrit cette expérience fructueuse dans ses ouvrages.

acheter ce livre

vendredi 16 février 2018

Michel Foucault : La pensée du dehors (rééd.)

Fata Morgana - Février 2018


Illustrations de Pierre Tal Coat.

L’attirance est pour Blanchot ce qu’est, sans doute, pour Sade le désir, pour Nietzsche la force, pour Artaud la matérialité de la pensée, pour Bataille la transgression : l’expérience pure du dehors et la plus dénudée. Encore faut-il bien comprendre ce qui est désigné par ce mot : l’attirance, telle que l’entend Blanchot, ne prend appui sur aucun charme, ne rompt aucune solitude, ne fonde aucune communication positive.
Le seul essai essentiel sur Maurice Blanchot.

acheter ce livre

Alain Jugnon : Folie et poésie, selon Deleuze et Guattari

Lignes - Février 2018


Que peut faire la pensée, que peut faire la psychanalyse avec la littérature ? De la littérature encore, répond simplement Alain Jugnon dans ce « Folie & Poésie selon Deleuze et Guattari », pour peu qu’on l’écrive et la lise comme on fait la révolution– une révolution poétique, au prix de quoi elle pourra être politique.

Deleuze et Guattari étaient des lecteurs sans pareils. C’est la raison pour laquelle Alain Jugnon les lit dans ce livre ; plus précisément, il lit avec eux Artaud et Kafka, Lacan et Klossowski, Büchner et Nietzsche. N’ont-ils pas assez lu Lautréamont ; il les lit pour eux, comme eux l’auraient lu, l’ajoutant à leurs lectures, avec les outils qu’ils ont créés pour lire. Nul mieux qu’Alain Jugnon n’articule les lectures nécessaires à la défaite de ce monde-ci et au surgissement d’un monde transformé :
« Deleuze et Guattari ont commencé à dire dans leur livre premier, L’Anti-Œdipe : il n’y a plus de dialectique à penser ou bien d’histoires à raconter, mais il y aura des machines capitalistes et des machines désirantes, des guerres des sexes et des guerres des races, des combats de rue et des révolutions de palais, il y aura tout ça et plus encore, qui fera une bible humaine à revendre ou bien une philosophie populaire à inventer pour demain. » (A. J.)

acheter ce livre

Francoise Dastur : Figures du néant et de la négation entre Orient et Occident

Encre Marine - Février 2018


Ce qui a fait naître l’émerveillement des premiers penseurs grecs, c’est qu’il y a quelque chose plutôt que rien, et c’est là ce qui a donné le coup d’envoi à cette pensée de l’être qui s’est développée de Parménide à Aristote et qui constitue le fondement de la philosophie occidentale. On trouve cependant, déjà dans la pensée grecque, une dénégation de la possibilité d’un discours sur l’être, d’abord chez Gorgias, contemporain de Socrate, puis chez le fondateur de l’école sceptique, Pyrrhon. Et à l’époque même où Parménide écrivait son poème, une pensée de la vacuité et du néant commençait à se développer en Orient dans le cadre du bouddhisme, laquelle met profondément en question la notion même d’ontologie. Or c’est précisément cette pensée du rien qui resurgit en Occident à la fin de l’âge classique, avec ce premier philosophe véritablement moderne qu’est Kant, dans son Essai sur les grandeurs négatives et cette « Table du Rien » qui, dans La Critique de la raison pure, clôt l’Analytique transcendantale. Et c’est le concept de négativité qui va former chez Hegel la matrice même de la pensée dialectique, alors que celui du néant constituera le coeur de la critique du nihilisme qu’entreprendra Nietzsche, avant de redevenir, avec le Heidegger de Qu’est-ce que la métaphysique ?, avec le Sartre de L’Être et le néant, et avec le dernier Merleau-Ponty, auteur de ce livre inachevé qu’est Le Visible et l’Invisible, un thème fondamental de la pensée de l’apparaître.
Une telle pensée du néant et de la négation traversant la frontière qui sépare l’Orient de l'Occident, il s’agira donc, en prenant comme référence majeure la pensée heideggérienne, d’en interroger les diverses figures, d’abord chez Gorgias et Pyrrhon, puis chez Nagarjuna, le plus grand penseur du bouddhisme indien (ii-iiie siècle) et chez Nishida (1870-1945), représentant fameux de l’école de Kyoto et du bouddhisme zen, avant d’en venir à l’idéalisme allemand avec Kant et Hegel, à la question du nihilisme européen avec Schopenhauer, Nietzsche et Heidegger, puis à la phénoménologie avec Husserl, Sartre, Merleau-Ponty et Maldiney.

Françoise Dastur, professeur honoraire de philosophie, a enseigné dans les Universités de Paris-I, Paris-12 et Nice-Sophia Antipolis. Son travail porte sur la philosophie allemande et la phénoménologie. Elle est présidente honoraire de l’École Française de Daseinsanalyse dont elle fut l’un des membres fondateurs. Chez Encre marine, elle a publié Figures du néant et de la négation entre Orient et Occident (2018), Chair et langage (2016), Hölderlin, le retournement natal (2013), À la naissance des choses (2005), Dire le temps (2002).

acheter ce livre

jeudi 15 février 2018

M.-G. Stănişor : La Moïeutique de Cioran. L’expansion et la dissolution du moi dans l’écriture

Classiques Garnier - Février 2018


Écrivain bilingue, Cioran a conçu deux œuvres distinctes qui expriment différemment les deux visages de son existence et ses deux patries. Il a mis en relief deux topoï : la Roumanie – lieu de désastre – et la France – espace d’altérité. Il a esquissé la portraiture de l’être, libéré aussi bien qu’entravé par le mot.

Table des matières

acheter ce livre

Aviad Kleinberg : Le Dieu sensible

Gallimard - Février 2018 - Collection : Bibliothèque des idées


Aviad Kleinberg s'attaque à un problème inattendu, qu'on pourrait appeler le paradoxe de l'idée de Dieu : comment parler d'un Dieu qui, dans son infinité, est au-delà des limites de l'intelligence humaine et qui, dans son invisibilité, est inaccessible à nos sens ? L'auteur étudie avec curiosité les textes juifs et chrétiens qui ont essayé de relever le défi, les Ecritures, le Talmud, les Pères de l'Eglise, les théologiens, les mystiques. Il en fait ressortir l'étrangeté en montrant comment leurs auteurs s'efforcent de résoudre tant bien que mal l'antinomie qui consiste à parler d'un Dieu qui se situe au-delà des sens, mais dont on ne peut cependant traiter qu'avec le langage que nous fournissent ces derniers. Il analyse dans cette perspective les signes tangibles par lesquels la présence de Dieu est censée s'attester et se rendre perceptible dans le monde, depuis les miracles jusqu'aux stigmates des saints, en passant par l'eucharistie. Au moment où beaucoup de gens en Occident ont purement et simplement cessé de comprendre la religion et son langage, le livre d'Aviad Kleinberg est d'une actualité remarquable par son effort pour rendre intelligible un domaine de discours et de réflexion en passe de devenir hermétique pour notre partie de l'humanité, alors qu'il conserve toute sa vitalité pour la plupart des autres, à commencer par le monde de l'islam. C'est une exigence nouvelle pour notre culture d'apprendre à faire une place à ce qui ne nous est plus spontanément accessible. Ce court livre y apporte une précieuse contribution, par la clarté plaisante avec laquelle il met un problème ardu à la portée du lecteur.

Aviad Kleinberg est historien des religions et professeur à Tel-Aviv. Il est notamment l'auteur d'Histoires de saints : Leur rôle dans la formation de l'Occident (Gallimard, 2005).

acheter ce livre

Nathalie Maillard : La vulnérabilité. Une nouvelle catégorie morale ?

Labor et Fides - Février 2018 - Collection : Le champ éthique


Depuis la modernité, l'autonomie a joué un rôle central dans notre manière de concevoir l'être humain. Son respect a figuré au centre des conceptions morales dominantes - kantienne et libérale. La notion de vulnérabilité occupe depuis quelques décennies une place de plus en plus franche dans la réflexion éthique. Elle apparaît comme un instrument critique visant à interroger une anthropologie articulée autour des capacités rationnelles de l'homme et à contester la focalisation des théories morales sur la figure du sujet autonome. Chez Levinas, en bioéthique, dans les éthiques du care ou encore les réflexions chez Nussbaum à propos de la théorie rawlsienne de la justice, la prise en considération de la vulnérabilité complète et complique l'image de l'individu autonome en le replaçant dans ses modalités temporelles, relationnelles et corporelles - soulignant à la fois sa dépendance et la fragilité essentielle de ses capacités. Elle propose ainsi une perspective morale fondée sur cette conception à la fois plus complexe, plus riche et plus réaliste de ce qu'est la personne, en pensant à côté du respect de l'autonomie et ensemble avec lui, la sollicitude ou la responsabilité.

Docteur en philosophie de l'Université de Lausanne, Nathalie Maillard est chercheuse du Fonds national suisse au Centre de recherche en éthique de l'Université de Montréal.

acheter ce livre