lundi 22 janvier 2018

Yvan Elissalde : Vocabulaire philosophique. Volume 4, Les mots de la politique

Bréal - Janvier 2018


Mot après mot, la philosophie se présente comme une langue particulière, d'autant plus déroutante qu'elle semble reprendre le vocabulaire de tout le monde, mais en lui donnant un sens qui n'appartient qu'à elle. Ce rapport ambigu de continuité et de rupture avec la langue commune expose à bien des malentendus, que le présent ouvrage voudrait faire éviter au débutant, en précisant le sens des notions essentielles par des définitions critiques et raisonnées. C'est ce que l'auteur a tenté de refaire ici, en reprenant à son compte les programmes officiels des examens et concours français, ainsi que leur division en cinq domaines de notions (le sujet, la culture, la raison et le réel, la morale, et la politique). L'originalité de l'ouvrage réside en effet dans l'effort pour proposer un véritable vocabulaire, et non un simple dictionnaire impersonnel comme il en existe déjà : un ensemble de mots dont dispose une personne (en l'occurrence l'auteur) et, au-delà, tout un groupe (la communauté des philosophes), ensemble dont est montrée la dimension problématique ainsi que la fonction logique. Car chaque philosophe crée son propre vocabulaire en singularisant le sens qu'il donne aux notions qu'il emploie, création qui répond autant aux besoins propres de son système qu'aux discussions qui l'opposent aux autres. Les définitions qui en résultent apparaissent alors non plus comme arbitraires, mais justifiées par leur genèse et leur finalité.

Agrégé de philosophie, normalien, docteur d'Etat et professeur en classes préparatoires littéraires, Yvan Elissalde est l'auteur de plusieurs ouvrages de philosophie aux éditions Bréal, et notamment du Vocabulaire philosophique, volume I, du Vocabulaire philosophique, volume Il et du Vocabulaire philosophique, volume Ill.

acheter ce livre

Thierry Hoquet : La Philosophie aux examens et concours. Explication de texte et dissertation

ELLIPSES MARKETING - Janvier 2018


La réussite aux concours et aux examens passe souvent par les redoutables épreuves de l’explication de texte et de la dissertation philosophique. Comment s’y préparer au mieux afin de les réussir ? Le pari de ce manuel est que les exercices proposés aux concours, loin d’être de purs problèmes rhétoriques, requièrent, pour être réussis, qu’on mette en oeuvre une authentique réflexion philosophique. Or celle-ci nécessite un entraînement régulier et la mise en oeuvre de techniques variées. Ce manuel invite donc à décomposer la difficulté, en abordant une grande diversité de notions. Ce pourquoi on trouvera ici une gamme complète de cent exercices corrigés. Ces exercices accompagnent l’étudiant dans la mise en oeuvre progressive d’un raisonnement philosophique, depuis l’analyse des concepts jusqu’à la mise en oeuvre d’un raisonnement complet, aboutissant à la rédaction d’un devoir complet. On trouvera dans ce volume une décomposition des règles à suivre, étape par étape, et des fiches récapitulatives. Les différents types de sujets y sont abordés. Pour les explications de textes : lettres, dialogues, traités… Pour les dissertations : sujets sous formes de question, notions simples ou doubles, citations… L’approche développée par ce manuel s’applique aussi bien aux étudiants de premier cycle universitaire (Licence) qu’aux étudiants de classe préparatoire ou à ceux préparant les concours. À cet effet, le livre comprend des extraits commentés de différents rapports des jurys de concours, ainsi que des annales corrigées.

acheter ce livre

Arno Münster : André Tosel, penseur de l'émancipation. Un hommage

Nouvelles Editions Lignes - Janvier 2018


André Tosel (1941-2017) fut par excellence un intellectuel organique au sens donné par Gramsci. Militant pour une part, et pour l'autre, auteur d'une oeuvre singulière et riche, nourrie de Spinoza, de Marx et de Gramsci - dont il fut l'un des spécialistes français. Oeuvre tout entière tournée vers une refondation non-dogmatique de la théorie marxienne de la révolution et vers l'élaboration d'une définition actualisée et rénovée de l'émancipation, maître-mot sans doute de sa pensée. Emancipation juridique (de l'Etat "pénal" plus que de droit), sociale (de l'impératif systémique capitaliste), politique (de la "démocratie-régime", en réalité un "libéral-totalitarisme") et religieuse (repensant les conditions de la laïcité, autre maître-mot de cette oeuvre, contre le ré-enchantement métaphysico-religieux). Arno Münster rend ici hommage à une oeuvre dont on s'étonne qu'elle n'ait pas davantage été connue, qui doit l'être plus et mieux, et qui la critique aussi bien, en toute amitié, depuis les points de vue qui lui sont propres, poursuivant en somme ce qui a, des années durant, lié essentiellement leurs deux pensées et les a parfois opposés.

Philosophe et spécialiste de la philosophie politique contemporaine, Arno Münster est un disciple d'Ernst Bloch, dont il a écrit la biographie (L'Utopie concrète d'Ernst Bloch, Kimé, 2001). Il est, aux éditions Lignes, l'auteur de André Gorz ou le socialisme difficile (2008) et de Pour un socialisme vert (2012), ainsi que l'éditeur de Ernst Bloch, Rêve diurne, station debout & utopie concrète (2016).

acheter ce livre

dimanche 21 janvier 2018

Bruno Pinchard : Hespérie. Contribution "virgilienne" à une politique occidentale

Editions Kimé - Janvier 2018 - Collection : Transhumanisme


Quelle idée libre la terre peut-elle encore porter en un temps d'exécration, de désertification et d'universalisation hâtive ? Cette question attend une réponse qui dépasse les oppositions simples entre mythologie et philosophie. En rupture avec les allégations de Heidegger, Bruno Pinchard cherche à définir la place d'un humanisme latin dans un monde désormais accaparé par les forces exclusives de la technologie et de la religion. Ce parcours, qui s'inscrit dans le sillage de Virgile, Dante, Vico, Chateaubriand, cherche à deviner les destins de l'Occident à travers le passage irréversible qui, de l'installation bornée dans les terres, conduit les peuples à l'exil universel de la mer. Ce chemin a un nom : Hespérie.

Bruno Pinchard est doyen de la Faculté de philosophie de l'Université Jean Moulin Lyon III et président de la Société Dantesque de France. Cet ouvrage prolonge les questions portées par deux ouvrages récents, Marx à rebours (Kimé, 2014) et Ecrits sur la raison classique (Kimé, 2015).

acheter ce livre

Jérôme Benarroch : Deux, un, l'amour. Levinas, Badiou, Lacan, judaïsme

Nous - Janvier 2018 - Collection : Antiphilosophique


Ce livre a pour ambition de penser l'amour, d'en produire une pensée contemporaine. A cet effet, il articule deux axes a priori divergents. Il présente d'abord une lecture inédite des trois grandes pensées contemporaines sur l'amour : celles d'Emmanuel Levinas, de Jacques Lacan et d'Alain Badiou. Il développe ensuite une élaboration singulière qui traverse les très anciens enseignements du judaïsme biblique et talmudique. Il ne s'agit pas pour Jérôme Benarroch d'exposer une pensée historiquement reconnue du judaïsme sur le sujet, mais de proposer une théorie de l'amour formulée dans le langage de la pensée contemporaine, à l'école de ses enjeux et questionnements. La méthode de cette élaboration consiste en un dialogue de la philosophie et de la psychanalyse avec ces divers et parfois paradoxaux enseignements traditionnels. Malgré leur hétérogénéité indiscutable, les pensées de Levinas, de Badiou et de Lacan partagent un même geste, qui apparaît presque comme une constante de la contemporanéité : le rejet de la figure de l'Un. Le livre soutient la thèse qu'en amour, l'Un n'est pas, mais qu'il doit advenir. Que l'unicité de chacun - de chaque sujet amoureux - advient par l'effort d'une construction éperdue de l'Un de l'amour.

Jérôme Benarroch - né en 1971, philosophe et talmudiste. Deux, un, l'amour est son premier livre. Puissante relecture de Levinas, de Badiou et de Lacan, mais aussi tentative audacieuse d'actualisation de la pensée juive, il propose de l'amour, sujet si saturé, une approche renouvelée.

acheter ce livre

Manuel Bächtold (dir.) : Epistémologie & didactique. Synthèses et études de cas en mathématiques et en sciences expérimentales

Presses Universitaires de Franche-Comté - Janvier 2018 - Collection : Pratiques et Techniques


Cet ouvrage explore le rôle que peut jouer l'épistémologie en didactique des sciences expérimentales et des mathématiques. Il offre une vue d'ensemble sur cette question ainsi qu'une série d'études de cas portant sur des contenus d'enseignement variés et couvrant différents niveaux d'enseignement, depuis l'école primaire jusqu'à l'université. Les contributions se répartissent selon deux axes de recherche. Le premier examine la construction des connaissances scientifiques elles-mêmes et leur transposition pour la classe, tandis que le second s'intéresse davantage au mode d'enseignement des sciences.

acheter ce livre

samedi 20 janvier 2018

Gilbert Hottois : Le signe et la technique. La philosophie à l'épreuve de la technique

Vrin - Janvier 2018 - Collection : Moments philosophiques


Le signe et la technique est un livre prémonitoire dont les questions et les concepts introduits voici plus de trente ans sont d’actualité. Au carrefour de la technoscience, de l’évolution et du posthumain, il soulevait déjà les inquiétudes et les interrogations qui agitent les débats autour du transhumanisme ainsi que des discussions bioéthiques et biopolitiques. Il a joué un rôle important pour la reconnaissance de la philosophie de la technique dans les pays de langue française. Aujourd’hui plus que jamais, « la philosophie est à l’épreuve de la technique » et des idéologies qu’elle secrète. Cette réédition est suivie d’une Postface où l’auteur explicite ses positions actuelles.

acheter ce livre

Lignes 2017/3 (n°54) : Ici et maintenant

Editions Lignes - Janvier 2018


Page 5 à 7 : - Présentation | Page 9 à 20 : Jean-Luc Nancy - Ici même à présent | Page 21 à 37 : Fethi Benslama - La folie des fondements | Page 38 à 46 : Georges Didi-Huberman - Hâtons-nous lentement | Page 47 à 56 : Pierre-Damien Huyghe - Le peuple comme métaphore | Page 57 à 67 : Claude Calame - Le capitalisme néo-libéral et la négation de l’humain | Page 68 à 76 : René Schérer - Impossible hospitalité | Page 77 à 84 : Jean-Loup Amselle - Les nouveaux « nouveaux rouges bruns » | Page 85 à 88 : Paul Audi - Guerre à soi | Page 89 à 96 : Serge Margel - La vérité du mensonge | Page 97 à 100 : Frédéric Neyrat - Le théorème de Losange | Page 101 à 105 : Sophie Wahnich - L’éthos démocratique comme utopie | Page 106 à 111 : Véronique Bergen - S’arracher au grand bordel de l’asservissement | Page 112 à 121 : Christian Ferrié - 100 lignes d’émancipation à l’horizon | Page 122 à 132 : Alphonse Clarou - Un ouragan de murmures | Page 133 à 140 : Mathilde Girard - Prise de tête | Page 141 à 149 : Ivan Segré - Le commentaire palestinien de l’hébreu du poème allemand | Page 150 à 154 : Bernard Noël - Un mot pas d’autre | Page 155 à 162 : Jacob Rogozinski - Terre sans retour (II) | Page 163 à 172 : Alain Hobé - Le où du on | Page 173 à 185 : Pierre Guyotat - Depuis une fenêtre | Page 187 à 195 : Alain Jugnon - Kafka ne joue pas avec les hommes | Page 196 à 204 : Boyan Manchev - La politique des météores | Page 205 à 212 : Martin Crowley - La défaite de la pensée (non mais, vraiment !) | Page 213 à 214 : Louis Sala-Molins - « Vingt fois sur le métier… » | Page 215 à 226 : Lambert Clet - Des ombres portées | Page 227 à 236 : Adrian May, James Wishart - « L’immense paysage de Lignes ».

acheter ce livre

Rémi Brague : Sur la religion

Flammarion - Janvier 2018


Il y a trente ans, quand on voulait être prix au sérieux, on parlait politique; évoquer la religion, en revanche, était le meilleur moyen de faire rire. Aujourd'hui, la situation s'est inversée : la religion fascine, inquiète, et la peur s'installe à l'égard de certaines de ses formes, voire de la violence que, suppose-t-on, elles fomentent.
Il importe d'essayer d'y voir un peu plus clair. Poursuivant le travail d'élucidation qu'il a entrepris depuis une dizaine d'années. Rémi Brague s'interroge sur la légitimité même du terme "religion", puis sur le contenu propre des religions - avant tout sur celui des "trois monothéismes". Qu'est ce que la religion nous dit de dieu, et l'homme en tant qu'il est doué de raison? Qu'est-ce qu'elle nous dit d'autres domaines de l'humain comme le droit, la politique? En quoi garantit-elle-ou menace t-elle-la liberté morale, sinon l'intégrité physique des individus?

Membre de l'Institut, Rémi Brague est professeur émérite de philosophie à la Sorbonne et à l'université de Ludwig-Maximilian de Munich. Il est l'auteur d'une vingtaine d'essais, dont Du Dieu des chrétiens et d'un ou deux autres (Champs, 2009) et de Modérément moderne ( Champs, 2016).

acheter ce livre

vendredi 19 janvier 2018

Matthieu Haumesser : L’Autre Scène. Philosophie du théâtre

Vrin - Janvier 2018 - Essais d’Art de de Philosophie


Pour Shakespeare, le monde était une scène. Avant lui, Platon avait déjà comparé notre existence à un théâtre de marionnettes. L’image du “théâtre du monde” continue à s’imposer aujourd’hui encore comme un véritable lieu commun, et l’on parle souvent de la “scène politique”, des “drames” ou des “tragédies” de l’actualité. Pourquoi la condition humaine est-elle si étroitement associée à cette image? Telle est l’interrogation qui guide ce livre. Le réel envisagé littéralement comme théâtre, ou à partir du théâtre : voilà ce qu’il propose d’appeler l’Autre Scène. Il s’agit d’un réel charnel et passionnel, lié aux possibilités qui nous tourmentent ou nous fascinent, et sur lesquelles on aimerait porter un regard distancié et englobant. Mais ce réel est aussi débordant, il donne lieu à toutes sortes d’illusions et ne se laisse pas facilement enfermer dans les limites étroites de la scène. Voilà pourquoi il relève d’une Autre Scène, plus insaisissable et fantasmatique. En interrogeant cette idée, on voudrait montrer la puissance philosophique du théâtre. Et l’on tentera ainsi d’offrir à ceux qui aiment cet art de quoi éclairer, peut-être, le sens de leur désir.

Ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé de philosophie et docteur en philosophie, Matthieu Haumesser enseigne en classes préparatoires et à Sciences Po Paris.

acheter ce livre

Michel Erman : Au bout de la colère

Plon - Janvier 2018


Aujourd'hui tout se passe comme si la colère dans ses diverses modalités, qui vont de l'irritation à la haine, irriguait les psychismes de façon valorisante. Le phénomène est récent. En effet, au début des années 2000, on avait tendance à considérer qu'il s'agissait d'une passion aversive, donc quasi interdite et bannie de l'espace social. 
Comment expliquer ce basculement ? Que veut donc la colère ? Quelles sont les raisons d'être de cette émotion passionnelle qui semble la plus trouble en même temps que la plus humaine de toutes ? Pourquoi n'est-elle pas soluble dans le moralisme qui la condamne ? A-elle une positivité pour l'Homme ? Telles sont certaines des questions auxquelles cet essai tente de répondre en décrivant toutes sortes d'expressions ou d'incarnations de la colère (populisme, vengeance, pamphlet...) 
Par ailleurs, vivrions-nous une époque de mécontentements et de désenchantements permanents ? De nombreuses raisons économiques et culturelles dues à la mondialisation des échanges expliquent, pour une bonne part, les mouvements sociaux d'indignés, voire les colères populistes. Certes. Toutefois la colère touche aussi les rapports interindividuels à telle enseigne que savoir se mettre en colère semble parfois une condition de l'existence dans le monde contemporain. 
Nous touchons avec cette émotion, qui est peut-être aussi la plus vieille du monde, à l'opacité des relations humaines entre altruisme et affirmation de soi. C'est cette opacité passionnante que la colère permet d'explorer tout en rappelant un point de vue anthropologique : l'homme n'est pas que raison, c'est d'abord et aussi un être affecté par ces expériences du monde que sont nos émotions. 

Écrivain et philosophe, professeur à l'université de Bourgogne, Michel Erman est l'auteur d'essais portant sur les passions ( Le lien d'amitié, Plon, 2016). C'est aussi un spécialiste de Marcel Proust, auquel il a consacré plusieurs ouvrages.

acheter ce livre

Catherine Chalier : Mémoire et pardon

François Bourin - Janvier 2018


Par quel passé sommes-nous habités, voire hantés ? Pouvons-nous nous en détacher, l'oublier, tourner la page, ou sommes-nous voués à raviver sans cesse le souvenir des souffrances ? N'y aurait-il pas une autre voie possible, celle d'une conscience de ce qui est advenu permettant de résister de façon créative au mal ? Le pardon suffirait-il ? Mais à quelle condition ? Une « réparation » des traumatismes n'est-elle pas nécessaire ?
C'est à ces questions qui surgissent, encore aujourd'hui, du tragique de nos histoires personnelles et collectives, que se confronte Catherine Chalier, à partir des textes bibliques et de la tradition juive de leur interprétation, mais aussi en interrogeant quelques grandes figures de la philosophie contemporaine : Levinas, Ricoeur, Derrida, Jankélévitch. Pour esquisser un chemin de libération…

Catherine Chalier est philosophe. Elle prête une attention particulière aux sources juives de la pensée. Elle a publié de nombreux livres, notamment La Gravité de l'amour (PUF, 2016), Lire la Torah (Seuil, 2014), Aux sources du hassidisme, le Maggid de Mezeritch (Arfuyen, 2014), et Transmettre, de génération en génération (Buchet-Chastel, 2008).

acheter ce livre